Essonnances Essonnances : l'émotion du chant choral

Le recrutement

0 commentaire

Comment recruter ? That is the question !

J'ai envie de dire : le recrutement c'est l'affaire de tous. Certes je fais tout ce que je peux de mon côté pour que notre site nous donne la meilleure visibilité sur le web, et c'est une source importante de recrutement. Mais votre rôle n'est pas non plus négligeable : entre les prestations que vous fournissez durant nos concerts et les discussions que vous avez avec votre entourage, vous arrivez aussi à être convaincants et à entraîner des personnes qui sont souvent tentées mais qui néanmoins, trop souvent, n'osent pas franchir le pas.

Voyez plutôt ce que dit l'article suivant

  • extrait de : Ménard, François & Robert, Christophe ; Choristes et chorales : pratiques en amateur du chant choral, FORS Recherche sociale, Département des études et de la prospective, Ministère de la Culture et de la Communication, Choristes et chorales : pratiques en amateur du chant choral

L’introduction par un tiers
L’introduction dans une chorale par l'intermédiaire d’un proche, lui-même déjà lié à la chorale, semble le cas le plus fréquent. Ces intermédiaires peuvent être des amis, des voisins, plus ou moins proches, ou des parents : parmi les cas rencontrés, on trouve des enfants de chefs de chœur qui avaient côtoyé tout jeunes la chorale de leurs parents, des cooptations de conjoints d’un des deux ayant souvent pratiqué seul un temps), d’autres encore au sein de la fratrie (« ma sœur y chantait et ça m’a donné envie »). Certains d’entre eux d’ailleurs ont ensuite conduit à leur tour des proches jusque dans leur chorale.

On remarque – et cela est récurrent dans le discours de ces choristes « introduits » – que malgré la proximité avec celui qui fait figure d’intermédiaire, la participation à la chorale, voire même l’envie de chanter, ne sont intervenues qu’après un certain temps, comme si un mûrissement avait été nécessaire. Que l’on ait été informé depuis fort longtemps (par l’intermédiaire d’une personne de la famille nucléaire par exemple) ou que l’on ait eu connaissance de la pratique d’un proche depuis un temps plus limité (« ma voisine qui savait que j’étais seule m’avait proposé à tout hasard si je voulais chanter »), ces situations reflètent souvent une distance initiale qui s’estompe petit à petit jusqu’à la décision de s’impliquer à son tour. Bien que dépourvue d’instruments techniques, la pratique du chant choral apparaît comme un domaine dont l’accès demande une familiarisation préalable. En cela réside l’importance de ces tiers dont le rôle va parfois au-delà de cette familiarisation et de l’invitation : « une amie m’avait proposé et m’a beaucoup poussé parce que je n’osais pas ».

L’accessibilité des chorales ne se résumerait donc pas à des choix de répertoire ou à des niveaux de connaissance musicale mais reposerait aussi sur des mécanismes sociaux plus complexes, mettant en jeu des images et des représentations construites préalablement et pouvant contribuer à encourager ou à freiner la pratique. Le rôle des tiers se révèle ici essentiel en permettant de « donner à voir » la pratique du chant choral de l’intérieur ou en invitant directement à participer.

Où recruter ?

Carte du Grand Paris Sud Seine Essonne Sénart

Je laisse un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À venir

Aucun événement n'a été trouvé

Aucun événement n'a été trouvé

Tout afficher

En musique !

Tout notre répertoire